L’unitéde prévention dans l’armée du Mozambique

Posted on January 14th, 2000

Publié par francemedicale.com — plus d’articles est disponible sur ce site web. Cet article était orginally publié par Africa Economic Analysis en anglais. French translation of "Mozambique’s prevention wing of the military: End war, improve the economy." (Available in English, Español, Français, Hungarian.)

Meditation Transcendantale

L’unité de prévention dans l’armée du Mozambique: la fin de la guerre civile et l’amélioration de l’économie

publiée par Africa Economic Analysis, 14 Janvier 2000

Introduction

Dans les vingt cinq dernières années, le gouvernement du Mozambique a entrepris plusieurs approches afin d’arrêter la guerre et d’encourager le développement économique. Après la période coloniale, vint l’indépendance. Le régime marxiste qui s’ensuivit entreprit les nationalisations et la collectivisation, ce qui entraîna troubles politiques, guerre civile et massacres.

C’est en 1990 qu’une paix durable fut établie au moment où un nouveau gouvernement émergea d’élections démocratiques. L’économie fit de grands progrès. Le président du Mozambique, Alberto Joachim Chissano, a attribué la stabilité de la paix de son pays et le développement économique qui en résulta à la création d’une unité de prévention dans l’armée.

L’unité de prévention fut établie au Mozambique afin de prévenir la guerre par le développement de la cohérence dans la société. Son objectif complémentaire était la pratique de la Méditation Transcendantale (MT) et du programme de MT-Sidhi deux fois par jour. Cette technique simple et naturelle de méditation vient de la tradition védique et a été remise à jour par Maharishi Mahesh Yogi. Plusieurs études, confirmées et publiées ont présenté la preuve que la pratique individuelle ou collective de la Méditation Transcendantale et du programme de MT-Sidhi amène dans la société un surcroit d’harmonie et d’ordre. Quand la taille du groupe est suffisante, la cohérence sociale se développe dans la région. Elle engendre ce qu’on appelle «l’Effet Maharishi».

Les problèmes économiques du Mozambique

En 1987, à cause du prolongement de la guerre civile et de politiques économiques inadaptées, le Mozambique était classé dans les pays les plus pauvres du monde. Il était au bord de l’écroulement économique. L’économie était dans un tel état de stagnation qu’il était quasiment impossible d’obtenir des investissements étrangers privés. Les Nations Unies avaient réuni 330 millions de dollars en assistance d’urgence.

En 1994, Chissano fut élu président du Mozambique, lors des premières élections démocratiques réussies. Chissano et son gouvernement mirent en place un politique d’économie de marché, ce qui donna un rôle prédominant au secteur privé dans l’économie du Mozambique.

Le Mozambique a reçu beaucoup d’aide de l’étranger. De plus, son économie a été dynamisée par un surcroît d’investissements étrangers. Le Département de la Recherche et du Développement du Centro de Promoçao de Investimentos (CPI) fut formé en 1995. L’économiste Lourenço Sambo, directeur du CPI, déclarait : "Le produit le plus séduisant que le pays peut offrir est le climat de paix." Il souligne : "Les hommes d’affaires veulent investir dans les pays politiquement stables." La convention générale de paix a été signée en 1992. Et Sambo ajoute : "Avant, il n’y avait pas d’investisseurs… "

Une chance de paix

Après la signature de la convention générale de paix, l’Université Védique Maharishi présenta au gouvernement du Mozambique le programme de MT, un moyen scientifiquement prouvé de créer de l’ordre et de neutraliser les conflits à venir. Afin de maintenir une paix encore fragile, le Chef d’Etat-Major adjoint de l’Armée du Mozambique mit en place le programme de MT dans différentes unités militaires des Forces terrestres, navales et aériennes. Le Lieutenant Général Tobias Dai était alors Commandant-en-Chef des Forces Armées. "Après avoir évalué le bien-fondé de leur proposition, les Chefs d’Etat-Major adjoints décidèrent d’adopter le programme dans les Forces Armées du Mozambique, dans le but de créer l’Effet Maharishi dans le pays. C’était une question de décision. Essayer ou laisser tomber. Nous avons décidé d’essayer.", déclara Dai.

Le Président Chissano essaya lui-même la MT. "J’ai moi-même appris la pratique de la Méditation Transcendantale, puis je l’ai recommandée à ma famille proche, à mes ministres, aux directeurs de l’Administration et enfin à mon armée." Il fut ravi des résultats : "Le résultat pour mon pays fut la paix politique et l’équilibre de la nature."

Une amélioration à plusieurs niveaux

Les conséquences positives devinrent apparentes après que le programme ait été mis en route en 1993. Le Mozambique resta en paix. Normalement, la criminalité augmente à la fin d’une guerre. Malgré tout, comme les scientifiques de l’Université Védique Maharishi l’avaient annoncé, le taux de criminalité baissa réellement. La démobilisation de l’armée commença l’année d’après. La situation changa brusquement, selon Dai. "Il est très clair qu’une fois les effets positifs produits, si la pratique de groupe s’arrête, les tendances précédentes d’augmentation du stress collectif déterminées par les indices de criminalité et les situations tendues du pays, repartent à la hausse. En 1994, il se produisit une baisse remarquable de la cohérence dans le pays, le résultat d’une diminution dans la participation à la pratique de groupe du programme de Méditation Transcendantale et de MT-Sidhi… "

La baisse de cohérence était probablement due à la démobilisation des troupes et à l’interruption des cours de MT pour les élèves-officiers de police, précisait Dai. Dai ajouta qu’en 1994 jusqu’à maintenant, bien qu’avec beaucoup de difficultés, le maintien de la paix avait été possible pendant ces deux années, et que des élections libres et justes avaient eu lieu. On organisa des groupes de méditants créateurs de cohérence. Un an plus tard, la US National Defence Council Foundation (Fondation du Conseil National de Défense des USA) retira le Mozambique de la liste des pays en conflit dans le monde. Depuis lors, la stabilité s’est toujours maintenue dans ce pays.

La population du Mozambique a démontré par ses actions qu’elle croit dans le maintien de la paix. Beaucoup d’armes furent rendues et détruites. Selon l’Evèque Denis Singulani, de l’Eglise Anglicane du Mozambique, en échange des armes, les gens recevaient des lopins de terre, des machines à coudre ou d’autres équipements. Ces actions montrent non seulement la baisse de la peur et des tensions, mais aussi la foi dans la stabilité de la paix.

Ce n’est pas une religion

Le programme de MT n’oblige pas les participants d’adopter de nouvelles croyances religieuses. Chissano déclara : "Les gens me demandent si c’est une religion. Je leur explique que je peux garder ma religion tout en tirant profit de cette science et l’utiliser au maximum. Nous ne nous arrêterons pas de prier dans nos églises, dans nos mosquées ou dans nos synagogues, mais nous obtenons le soutien de la nature en appliquant cette technologie de la conscience."

Contact avec les lois de la nature

La réussite du Mozambique dans plusieurs domaines peut attirer d’autres gouvernements vers cette nouvelle stratégie. L’armée du Mozambique a pu mettre à son profit les lois de la nature. On en observe le principe fondamental dans les systèmes physiques. Certains systèmes cohérents au niveau interne ont la capacité de se protéger contre les influences perturbatrices, alors que des systèmes «incohérents» se laissent facilement envahir par le désordre extérieur.

L’Effet Meissner est un exemple de «bouclier invincible». il prend place au niveau de supraconductivité quantique. Dans un supraconducteur, le fonctionnement cohérent des électrons exclut spontanément un champ magnétique externe et perturbateur. Ce système maintient son statut d’impénétrabilité parce qu’aucune activité désordonnée ou aléatoire ne peut prendre place en lui. Les conducteurs électriques ordinaires ne sont pas impénétrables car l’activité aléatoire d’électrons incohérents et désordonnés permet la pénétration par un champ magnétique externe.

Les résultats scientifiques

A l’échelle d’un pays, il faudrait environ 1% de personnes pratiquant la technique de MT pour produire l’Effet Maharishi. Depuis des années, des recherches publiées ont établi les changements sociaux entrainés par la pratique du programme de MT : réduction des pertes lors de conflits armés et amélioration des conditions économiques, amélioration de la qualité de la vie, diminution de la criminalité, de la violence, des accidents et des maladies. Ces changements dans les indicateurs sociaux se produisent tous quand le nombre de méditants atteint environ 1% de la population de la région soumise à la recherche, que ce soit une ville, une province ou le pays entier. Des journeaux scientifiques de pointe tels le Journal of Conflict Resolution, Social Indicators Research, International Journal of Neuroscience, Journal of Crime and Justice, et le Journal of Mind and Behavior, sont quelques-unes des publications qui ont fait connaître les études réalisées sur l’Effet Maharishi.

Des recherches sur des participants du programme plus avancé de MT-Sidhi ont montré des résultats similaires quand un groupe représentant environ la racine carrée d’un pour cent de la population pratique la technique dans un même endroit. Au début des années 1980, la recherche a révélé que les groupes créateurs de cohérence pratiquant ensemble le programme de MT-Sidhi en Israël et dans d’autres pays ont amené une diminution de 71% du nombre de victimes de la guerre au Liban, de 68% des blessés de guerre, de 48% dans l’intensité des conflit et une augmentation de 66% la coopération entre les antagonistes.

La prévention des guerres en Afrique

Les conflits dans les pays africains débordent souvent sur les pays voisins, avec les conséquences négatives prévisibles. Les experts en matière de défense prédisent que la nature des prochains conflits armés et terroristes va évoluer du fait de la disponibilité des armes de destruction massive. Il est extrêmement difficile, voire même impossible de se défendre contre ces armes. Il est donc nécessaire de faire face aux guerres et au terrorisme en intervenant à leur base : le stress collectif de la société. En réduisant le stress collectif grâce au programme de MT, d’autres armées d’Afrique pourraient empêcher les guerres et stopper les conflits. L’armée est la mieux placée pour mettre en place cette technologie afin de créer et de maintenir la paix. Sa responsabilité est de préserver la paix. L’armée est habituellement la partie la plus disciplinée de la société. La création d’unités de prévention dans l’armée coûte peu, puisque les forces armées sont déjà payées pour protéger leur pays. Il suffit qu’un gouvernement consacre 1% du budget de défense pour financer cette technologie de prévention. Le président Chissano du Mozambique s’est déclaré prêt à présenter son expérience à tout gouvernement qui le demande. Il est probable que d’autres pays africains suivront prochainement son exemple. En août 1999, M. Chissano est devenu président de la Southern Africa Development Community (Communauté de Développement de l’Afrique Australe ou SADC). L’objectif principal de la SADC est l’intégration régionale de ses quatorze pays membres. Le Mozambique a créé un exemple pour tous les pays africains en établissant la paix dans son pays. Chissano dit : "Aujourd’hui, il est absolument essentiel que nous maintenions la paix dans le monde. La paix est fondamentale pour le développement et la prospérité. Et cette paix doit commencer dans notre propre esprit."

Pour un résumé des recherches sur l’Effet Maharishi, vous pouvez visiter «a Maharishi Effect Table» (en anglais). Ce résumé a été également publié sur le site web de «the Security & Political Risk Analysis (SAPRA)», un groupe de réflexion en Inde : http://www.subcontinent.com/sapra/research/military/m_1999_05_01.html (en anglais).

Les auteurs

M. David Leffler est américain. Il a un doctorat en défense militaire fondée sur la conscience. E-mail : drleffler@hotmail.com
Mme Lee Leffler est canadienne. Elle détient une maîtrise de journalisme.
Ils ont un site très intéressant : Victory Before War, Prevent an Enemy from Arising (en anglais), "La victoire avant la guerre, Empêcher la naissance de l’ennemi". Vous y trouverez d’autres articles qu’ils ont écrits sur ce sujet et qui ont été publiés par diverses revues.

L’auteur de la traduction en français est M. Dominique Lemoine, D.S.C.I. (MERU)
Le docteur Lemoine est souvent en déplacement à travers l’Afrique. E-mail : dlemoine@compuserve.com

Comments are closed.